1999 - 2019 Le nouveau bulletin de FFREEE

Le nouveau bulletin de FFREEE vient de sortir. Il sera envoyé à tous nos adhérents par la poste dans les prochains jours.
1999-2019, à anniversaire exceptionnel... bulletin pas ordinaire.
Il compte 8 pages. Vous y trouverez la reproduction de toutes les affiches de "los caminos de la retirada".
Chers adhérents, chers Amis merci pour toutes ces années d'amitié, de fidélité, de confiance.
FFREEE va prendre quelques semaines de vacances et dès la rentrée, on continue.
Rendez-vous pour les prochains "Caminos" en février 2020.

Saint Cyprien

Ce matin, a eu lieu une émouvante cérémonie sur l'emplacement du Camp de concentration de Saint Cyprien. Mlle Jacqueline Payrot (Présidente de FFREEE) et M. Thierry Del Poso (Maire de Saint Cyprien), ont dévoilé une plaque et déposé une gerbe à côté des restes du pilier portail du camp.
(sur la photo NB vous pouvez voir le portail en 1939).

FFREEE vous remercie pour votre amitié, votre fidélité...

Compte rendu sommaire du colloque du 11mai

Des exodes espagnols des années 1936 à 1960, 
aux politiques d'accueil de l'Etat français, d'hier à aujourd'hui.

Geneviève Dreyfus Armand, spécialiste de l'exil républicain espagnol, a fasciné les 80 personnes présentes par sa magistrale présentation des différents exodes qui ont eu lieu pendant la guerre d'Espagne de 1936 à 1939. Elle a souligné la guerre d'extermination mené par Franco contre les partisans de la République espagnole et de la démocratisation. Geneviève a décrit aussi les différentes vagues migratoires avec leurs spécificités, des années 1920 aux années 1930. 
 Si le Droit d'asile existe depuis 1793, il est appliqué d'une manière très inégale et arbitraire au gré des politiques économiques et sociales des différents gouvernements. Le 14 avril 1938, le gouvernement Daladier marque la fin du Front Populaire et entraîne une politique beaucoup plus répressive envers les Réfugiés. En mai 1938, est mise en place la Police des étrangers. Geneviève Dreyfus Armand a expliqué les fluctuations des politiques envers les internés. Ils sont utilisés d'abord comme main d’œuvre pour les travaux agricoles ou industriels, puis enrôlés  aux CTE, compagnies de travailleurs étrangers puis aux GTE, groupements de travailleurs étrangers, participants à l'effort guerre, et souvent le retour à l'enfermement pour ceux jugés très dangereux parmi les Indésirables et renvoyés dans leur pays où ils sont en danger !

Grégory Tuban, historien référent sur le camp de concentration d'Argelès-sur mer, a enchaîné sur le virage sécuritaire de 1938. On assiste alors à la pénalisation du Droit des étrangers, avec assignation à résidence etc. Tous les Espagnols ont été fichés dans un fichier central, qui sera récupéré par les nazis. Mêmes modèles de fichiers, même fonctionnaires. Et une tradition républicaine, on envoie les indésirables en Afrique du nord. Fin 1943, fin de l'internement massif des étrangers en France sauf au camp de Gurs.  En 1944 De Gaulle autorise les préfets à interner les personnes jugés dangereuses !

Odette Martinez Maler, historienne, spécialiste des Républicains espagnols qui ont continué la lutte anti franquiste sous Franco, comme son père. Elle a décrit avec précision et passion le sort particulièrement dramatique des Guérilleros qui ont dû se battre pour avoir le statut de réfugiés politiques. Arrestations, reconduites à la frontière, telle a été leur sort , ils ont été reconnu comme résistant en 1949 et après comme terroriste !

Annalisa Lendaro, sociologue, s'est intéressée  aux réfugiés d'aujourd'hui particulièrement de la frontière italienne à  Ventimille. Elle a parlé de frontière biopolitique, outil de séparation entre 2 territoires, outil de filtrage des populations, de bannissement et d'éloignement, de hiérarchisation "d'indésirabilité". Les technologies d'identification sont devenues très performantes et on ne lésine pas sur les moyens financiers...Depuis 2015 l'union européenne protège leurs frontières nationales et leurs prérogatives plutôt que le Droit d'asile : accords UE/Turquie, mur en Hongrie, accord avec l'Autriche...On protège les frontières plutôt que les hommes. Annalisa Lendaro met en avant le concept d'hospitalité, comme éthique de soi-même contre les politiques de L’état qui utilisent les menaces terroristes pour légitimer le contrôle des étrangers demandeurs d'asile, en pratiquant le contrôle d'identité au faciès. Elle oppose légalité et légitimité.

Petit aperçu très incomplet d'un colloque passionnant qui nous a alerté sur les continuités et les dérives de l’état répressif.

 

Seconde partie de notre colloque

Toujours dans le cadre des 80 ans de l'exil républicain espagnols, FFREEE propose un 2eme colloque : solidarités associatives et militantes envers les Réfugiés d'hier et d'aujourd'hui. C'est la partie engagement de terrain qui met à l'honneur la CIMADE qui a commencé ses actions de solidarité en 1939 auprès des Républicains espagnols et qui continue aujourd'hui auprès des demandeurs d'asile. Salle Waldeck Rousseau, derrière Gifi où on peut se garer : Une exposition de la Cimade " Justes solidaires" 14h l'engagement de la Cimade auprès des "indésirables" mis en camp à Rivesaltes depuis 1941 : une continuité d'action en réponse aux politiques publiques par Anne Boitel, Docteur en histoire 15h aider les exile-e-s aujourd'hui : militant-e-s et associations de la cause des migrant-e-s par Mathilde Pette, Maîtresse de conférence en sociologie 16h, Témoignages de Nicole Mathieu, ancienne Présidente de la Cimade, membre du RESF et du comité de soutien aux sans papiers. 21h projection au cinéma Jaurès " El périple, la vella llum d'Europa" sous titré en français en présence du réalisateur Mario Pons, grand prix du festival du film de Girona en 2018. Une histoire de 3 exils. Un film qui met en relation l'exil des Républicains espagnols après la bataille de l'Ebre et les différents exils contemporains autour de la Méditerranée. Musique par le réalisateur et son groupe

Poèmes du 14 AVRIL

Les deux poèmes lus dans l’après midi du 14 avril (Jour de la République). 
Ces 2 poèmes ont été écrits par Roger Alloza, adhérent à FFREEE.